Quel type de viande est le meilleur

Quel type de viande est le meilleur

Bœuf, porc, agneau, lapin, dinde – chacune de ces viandes est une source de protéines, mais chacune a sa propre composition et ses propres avantages pour la santé. Quel est le meilleur choix pour un athlète ?

Les protéines sont l’un des composants les plus importants du menu humain, surtout pour les athlètes. Selon les buts, les objectifs et l’état de santé, il représente 10 à 20 % de l’apport calorique quotidien. Les sources de protéines comprennent à la fois les produits animaux – viande, volaille, poisson, fruits de mer, œufs, produits laitiers – et les produits végétaux. Il s’agit notamment des céréales, des légumineuses, des champignons et des noix.

La partie principale de la viande est le tissu musculaire, qui comprend l’humidité (73-77%), les protéines (18-21%), les lipides (1-3%), les substances extractives (1,7-2% d’azote et 0,9-1,2% de substances non nutritives) et les substances minérales (0,8-1,0%). La valeur nutritionnelle de la viande est due aux protéines complètes contenant les acides aminés essentiels : valine, leucine, isoleucine, lysine, méthionine, thréonine, tryptophane, phénylalanine. Comme notre organisme ne peut pas produire lui-même les acides aminés essentiels, il est important de les obtenir par l’alimentation. La viande nous apporte également des oligo-éléments et des vitamines. La cuisine russe utilise généralement de la viande de mammifères domestiques – bœuf, veau, agneau, porc, chèvre et lapin.

Régimes protéinés pour les athlètes

Il est important pour les athlètes de se concentrer sur leur objectif final et, en fonction de celui-ci, d’élaborer leur régime alimentaire et leur programme d’entraînement. Par exemple, les culturistes ont besoin de plus de protéines, car elles sont nécessaires à la construction de nouveaux tissus musculaires.

Les athlètes (coureurs, cyclistes) ont besoin d’une approche différente – moins de protéines, car ils ont besoin d’endurance.

Si une personne mange souvent de la viande, elle prendra du poids. L’athlète subira une résistance beaucoup plus importante de la part de l’environnement externe et perdra donc plus d’énergie. Des recherches menées en 2013 par des scientifiques japonais ont montré que manger trop de protéines inhibe le développement de l’endurance chez l’homme car cela réduit le nombre de mitochondries (stations énergétiques microscopiques situées dans les cellules musculaires, où se produit le métabolisme aérobie) que notre corps crée par l’exercice.

En même temps, lorsque la viande est mangée rarement, une personne perd ses forces. L’hémoglobine est nécessaire pour transporter l’oxygène vers les cellules. Il est constitué de protéines (globine) et de fer (hème), que l’on trouve dans la viande et les sous-produits.

Il est impossible de dire quel type de viande est le meilleur. Cela dépend beaucoup de l’individu, de ses habitudes alimentaires, de son jeu d’enzymes individuel, de la santé générale de son système digestif et de son microbiome. Ce n’est pas un casse-tête métabolique facile, avec environ 2 700 enzymes et 896 réactions chimiques.

Mat Fitzgerald, dans son livre The Diet of Champions, insiste sur la diversité de l’alimentation des athlètes, à la fois par groupes d’aliments et à l’intérieur des groupes. Nous devons donc consommer chaque jour des aliments de tous les groupes : céréales complètes, légumes (y compris les légumineuses), fruits, protéines animales (viande, poisson, fruits de mer), noix, graines, huiles, produits laitiers. Mais la variété est également nécessaire au sein des groupes : vous ne devez pas manger un seul blanc de poulet en permanence. Il est préférable d’avoir dans son alimentation du bœuf, du lapin, de la dinde et même du porc de ce groupe alimentaire (dans notre cas, un groupe de protéines).

Bœuf

C’est l’un des plus anciens types de viande domestique et une source des principaux éléments constitutifs des tissus articulaires, le collagène et l’élastine. C’est pourquoi la viande de bœuf est consommée pour la prévention des maladies articulaires. Et sa teneur élevée en zinc est à l’origine des propriétés bénéfiques du bœuf pour les hommes : ce métal est responsable du bon fonctionnement de la prostate et d’une spermatogenèse intensive.

Porc

L’avantage de la viande de porc est qu’elle contient de la graisse de porc, le saindoux. Elle est plus facile à digérer que toute autre graisse animale et sollicite moins le tube digestif, ce qui prévient les troubles et les pathologies intestinales. Si on enlève la graisse, la viande restante est suffisamment maigre. C’est un point positif de la composition de la viande de porc : il est facile de séparer le gras de la viande et, si nécessaire, de manger le tout séparément.

Viande de lapin

La viande de lapin contient jusqu’à 85 % de viande de lapin, qui est digestible à plus de 90 % par notre organisme. En comparaison, le bœuf et le porc sont beaucoup moins digestes. La viande de lapin contient moins de « lest » – tendons et os. Elle est facile à séparer en viande et en graisse et ne provoque pas d’allergies.

Turquie

Le phosphore, qui est essentiel à la construction des os et au maintien de la santé des articulations, se trouve autant dans la dinde que dans le poisson. Elle est plus importante que dans les autres viandes. Les dindes ont besoin d’un bon exercice, d’air frais et d’espace. Les garder dans des cages étroites et les nourrir avec des aliments composés ne fonctionnera pas. C’est pourquoi leur viande est la plus « propre ».

Poulet

Les poulets domestiques, élevés dans de vastes volières et bénéficiant d’une alimentation variée, sont meilleurs que les poulets de chair élevés en usine et nourris d’aliments composés et de facteurs de croissance. La viande des poulets domestiques contient beaucoup de protéines animales complètes. Il contient tous les acides aminés essentiels, un ensemble de protéines du cartilage et des matériaux de construction pour les tissus de notre corps. Et les protéines de collagène et d’élastine contenues dans les pattes de poulet profiteront à ceux qui souffrent de maladies articulaires.

Agneau

Il est riche en vitamines B, à savoir B₁, B₂, B₃, B₅, B₆, B₉, B₁₂. Le mouton a un effet positif sur le métabolisme, accélère la synthèse des nutriments dans le corps et augmente la vitalité générale. Le mouton contient également des vitamines E, D et K, qui améliorent les systèmes circulatoire et immunitaire et renforcent le squelette.

La créatine est un complément sportif populaire pour les personnes qui pratiquent des sports de force. Avec un entraînement approprié, les effets de la créatine se manifestent dans l’obtention de résultats sportifs : force explosive et croissance plus rapide de la masse musculaire. La créatine est également contenue dans les produits animaux. Par exemple, pour 1 kg d’aliments, la teneur moyenne en créatine est de 6 à 10 g pour le hareng, 5 g pour le porc, 4 à 4,5 g pour le bœuf et 4,5 g pour le saumon. Le lait a une teneur en créatine beaucoup plus faible, d’environ 0,1 g par litre.

Cependant, il est prouvé que la créatine a un effet secondaire en augmentant la pression sanguine. C’est pourquoi il n’est pas recommandé aux personnes souffrant d’hypertension. Par conséquent, si la créatine est prise avec de la nourriture, le risque de surdosage est considérablement réduit.

Des bouillons protéinés peuvent également être ajoutés au régime pour changer. Le bouillon est un liquide préparé à partir de viande, de poisson ou de légumes. Il contient de petites quantités de protéines, il a donc plus de goût et d’excitation que de valeur nutritionnelle, et il est facilement digéré même par un organisme affaibli. Les substances extractives contenues dans la viande améliorent le goût des aliments, stimulent l’appétit et augmentent la sécrétion des glandes digestives. S’il est nécessaire de réduire la teneur calorique de l’alimentation, et que le volume reste le même, les premiers plats à base de bouillons protéinés sont bien adaptés. Bien sûr, cela ne s’applique pas aux athlètes qui prennent de la masse musculaire.

Comme nous ne mangeons pratiquement jamais de gibier, il est préférable de préparer ce qui est vendu dans le commerce avec un bouillon secondaire. Pour cela, un morceau de n’importe quel produit protéique – viande, volaille ou poisson – est bouilli pendant 10 minutes. Ensuite, le bouillon est jeté et les plats sont rincés. La marmite est remplie d’eau fraîche dans laquelle le bouillon secondaire est cuit.

Dans le bouillon primaire, les quantités résiduelles d’hormones et d’antibiotiques utilisés dans les fermes pour l’élevage des animaux sont éliminées par ébullition, ce qui réduit la nocivité du bouillon secondaire. La valeur calorique du plat fini est également réduite.

Author: Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *